Jules, etc. – Michel Rostain

COUV_MR_JULES_ETC_01_HD

Dans le cadre de l’opération Masse Critique, j’ai eu la chance de lire Jules, etc. le dernier roman de Jules Rostain. Je remercie Babelio et les éditions Kero pour cet envoi.

Michel Rostain a obtenu le Goncourt du premier roman en 2011 avec le Fils. Jules, etc. est son 3ème roman.

Autant le dire d’emblée, le sujet de cet opus ne plaira pas à tout le monde ! En effet, le thème central du livre tourne autour de la corrida. S’il donne dans une partie au travers des yeux de Camille, « nordiste », la parole aux anti-corridas présentés comme des pacifistes (« la torTure n’est pas notre culTure » leur fait il chanter face à la violence brutale des pro-corridas), Michel Rostain nous livre un véritable plaidoyer en faveur de la corrida. L’auteur s’y connait et a l’air « aficionado », on retrouve tout le vocabulaire inhérent à ce spectacle ? Art ? Tradition ? Boucherie ? Torture ? (J’ai mon avis bien tranché sur la question  mais je vous laisse juge 😉 ) tout au long du roman. Des noms des différents actes en passant par les caractéristiques des toros, les passes, vous aurez une vraie initiation au déroulement d’une corrida.

Pour ceux qui connaissent, c’est un réel plaisir. Il se dégage une vraie tendresse dans les paroles de Jules, de Eugène, de Claude, de Hugo, toutes ces différentes générations initiées par les anciens et amoureux de cette tradition. Avec deux points communs récurrents : la musique (pasodoble par ex.) et la présence de Generoso, petit bijou porte-bonheur transmis de génération en génération. Originaire de Dax, comme Jules, etc. j’ai baigné très jeune dans l’ambiance des ferias et vu beaucoup de corridas. J’ai ressenti beaucoup d’émotions et eu des frissons en lisant certains passages.

« Les noms des notes me sont donc venus comme les mots de l’arène, les do, les ré, les bémols, les dièses, les clefs et les mesures à la façon des veronicas et des muletazos ».

Pour ceux qui ne connaissent pas, cela est rapidement déroutant. En effet, même si l’auteur y adjoint des explications qu’il espère le plus claire possible, aucun des termes (ou presque) espagnols n’est traduit en Français. Je peux aisément imaginer que le lecteur novice se retrouve noyé, perdu aux milieux de mots incompréhensibles et ait du mal à rentrer dans le roman.

Il en est de même avec les locutions latines des cérémonies religieuses : pas de traduction. Au lecteur de comprendre et d’accepter. Nous sommes dans un livre à l’éducation très vieux jeu, traditionnelle, à l’ancienne (l’auteur le précise d’ailleurs par l’intermédiaire d’un de ces personnages)

« Vient ensuite un long dialogue en latin entre maman et le curé. Ils lisent dans leurs missels : – Fides, qui tibi proestat ? – Vitam oeternam. – Si igitur vis… Et caetera. Je ne comprends rien à cette voix ni à ce qu’elle marmonne.»

Car oui la religion, la corrida, … tout est et doit rester secret vis-à-vis du reste de la famille. Ne surtout pas dire aux parents que le bon-père Eugène m’amène voir des corridas, ne surtout pas révéler que maman m’a emmené à l’église, etc… Le culte du secret est omniprésent, chacun cherchant à transmettre ses propres valeurs à l’enfant.

Mais ce roman est avant tout un roman sur la transmission des valeurs de génération en génération. Michel Rostain use et abuse des traditions sudistes pour créer une atmosphère, une ambiance joyeuse et musicale servant à former et forger le caractère des plus jeunes. Amour, musique, chaleurs, découverte de son corps (masturbation et autres premières fois), traditions et corridas sont les thèmes récurrents tout au long des pages.

«Jules a organisé ce goûter et cette promenade pour cela, pour donner ; les enfants se construisent avec un don. »

« Sur la piste, me dit bon-papa, c’est une affaire de bonne distance entre le toro et le torero. […] Dans la vie, tu sais, c’est pareil ; il y a des frontières, il faut les deviner. Si on parvient à rester à la bonne distance, pas loin et même le plus près possible, alors on est juste. »

Ça se lit vite, ça se lit bien et c’est relativement agréable. Le style est simple, très dynamique car basé quasi uniquement sur des dialogues entre les deux interlocuteurs. On dévore les pages sans s’en apercevoir et on arrive à la fin du livretrès rapidement.

« les microbes tauromachiques sont au travail. »

En ce qui me concerne, j’ai passé un bon moment en compagnie de Jules et sa descendance. Mais je ne peux le conseiller à tous vu le sujet abordé. C’est un roman de niche, il sera adulé ou détesté.

4/5

Challenge1%rentree

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s