Frères ennemis – Renaud Dély,Henri Vernet

FreresEnnemis

Frères ennemis – l’hyperviolence en politique est le deuxième volet de l’enquête sur notre classe politique des journalistes Renaud Dély du Nouvel Obs et Henri Vernet du Parisien.

Je remercie les éditions Calmann-Lévy pour cette lecture numérique.

Si le premier tome, Tous les coups sont permis, paru en 2011, traitait de la violence en politique, ce deuxième opus franchit donc un cap de plus. Les auteurs parlent désormais d’hyperviolence.

Le dévoilement de l’intime, c’est-à-dire de ce qui n’appartient qu’à soi, est la pire douleur que l’être humain peut éprouver.

Tout le monde y passe! La gauche, la droite, les écolos, l’extrême droite… et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’effectivement c’est saignant. Sarkozy « l’allumeur », Hollande « détruit et prostré », « Festen » chez les Le Pen, mélange vie privée/vie publique chez les Verts. Sont également évoqués Montebourg, Mélenchon, Rocard, Chevènement, Voynet, Woerth, … c’est plutôt complet.

La violence est consubstantielle à l’extrême droite. Ce n’est pas un moyen, un outil, pas même une arme, c’est une raison d’être, un mode de vie.

Les Ecolos, une secte à l’épreuve du pouvoir.

Le récit se lit très facilement et est extrêmement bien documenté. Le point fort du livre provient des très nombreux entretiens qu’ont réalisés les auteurs avec les acteurs cités. Cela donne un caractère crédible, très réel et non uniquement journalistique à ce document. L’enquête est souvent fouillée.

Étant dans le milieu politique personnellement, je n’ignorais pas certaines pratiques. J’ai quand même été surpris de certaines bassesses qui dépassent tout entendement. Jalousie, ambitions démesurées, fric, coups tordus, … Au fur et à mesure que l’on tourne les pages, les faits sont de plus en plus édifiants et navrants…

La République exemplaire, ce n’est pas une République où nul ne commet aucune faute. C’est une République où celui qui s’est affranchi des règles les plus élémentaires est immédiatement écarté et sanctionné, se défend le président. Dans une organisation humaine, quels que soient les principes de vertu édictés, il y aura toujours des défaillances. Nous ne serons jamais dans un monde parfait. Mais dans la République exemplaire, il n’y a plus de place pour l’indulgence, la protection, la dissimulation.

Bien entendu, les journalistes ont fait un bon service après-vente lors de la sortie du bouquin en distillant les bonnes pages et les différentes anecdotes croustillantes dans les divers magazines ou émissions télé. Ne les ayant pas suivis ou lus, j’ai dégusté sans arrière-pensée chaque page. Je partage d’ailleurs pas mal des réflexions des auteurs, notamment celle-ci:

Trois ans après, le pays paraît encore plus divisé. Les gigantesques manifestations anti-« mariage pour tous », le péril des haines communautaires, la montée d’un sentiment hostile aux musulmans, la résurgence de l’antisémitisme, l’aggravation de la xénophobie, la radicalisation de la droite et la vigueur de l’extrême droite dessinent le profil d’une France plus fracturée aujourd’hui qu’hier.

Il n’empêche, tout n’est pas noir dans la politique. Ce qui est écrit sur Jean-Louis Debré par exemple en atteste:

Sans doute parce qu’il a infligé la violence, avant de la subir lui-même, Jean-Louis Debré a compris qu’il n’est point de meilleure action publique que celle qui est baignée par la tempérance et le respect de l’autre.

Les dernières lignes laissent augurer d’un futur tome… post élections présidentielles 2017.

L’électeur n’est pas un enfant. Il n’a pas attendu François Hollande pour découvrir que « le monde n’est pas gentil ». Il sait bien que la violence est consubstantielle au petit théâtre de la politique, ou tous les coups sont permis. Bien du sang va couler sur les bas-côtés de la course à l’Élysée. Que le spectacle commence…

Instructif et édifiant, intéressant et navrant, je vous conseille Frères Ennemis si vous voulez plonger au cœur du monde politique où chacun ne cherche finalement qu’à tuer l’autre pour prendre sa place… A l’arrivée, de moins en moins de Français vote, l’extrême droite ne cesse de progresser… y aurait il un lien de cause à effet…?

4/5

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s