Celles de la rivière – Valerie Geary

Cellesdelariviere

Dans le cadre d’une masse critique spéciale, j’ai eu la chance de recevoir « Celles de la rivière », le premier roman de Valérie Geary.

Je remercie beaucoup Babelio et les éditions Mosaïc pour cet envoi.

Celles de la rivière est un roman qui sort réellement de l’ordinaire, mi policier, mi fantastique. Il se lit rapidement, sans grande difficulté. Mais j’ai eu beaucoup de mal à éprouver de l’émotion. Lenteur, clichés, nombreuses invraisemblances, je suis peut être passé un peu à côté de celui-ci.

Je ne rentrerai pas dans le détail de l’intrigue pour ne pas la dévoiler entièrement et vous laisser la surprise. Je dirai simplement que Sam 16ans et Ollie 10ans, deux sœurs qui ont perdu leur mère d’une crise cardiaque, vont tout faire pour innocenter leur père accusé d’un meurtre sordide. Elles sont soudées envers et contre tout, n’hésitant pas à enquêter de leur côté, user et abuser de mensonges. Elles sont confrontées à la dureté du monde des adultes et au passé qui rejaillit…

L’amour, c’est quelqu’un de pur et d’innocent qui croit à l’impossible.

Durant quasiment 400 pages, les narrateurs alternent: un coup Sam, un coup Ollie. Cette dernière ne parlant pas, ses chapitres sont beaucoup plus courts et pour moi souvent moins intéressants. J’ai eu beaucoup de mal avec ses visions de fantômes…ce doit être mon côté trop cartésien!

Les rêves, c’est l’endroit où on va pour être seuls.

Mon sentiment est mitigé sur ces deux sœurs: si on s’y attache facilement dans la première partie, leurs comportements, les invraisemblances et leur incapacité à communiquer finissent par nous exaspérer. Par contre, je n’ai que peu gouté aux personnages « secondaires », trop caricaturaux à mon goût.

Travis n’est pas méchant. Et moi je ne suis pas gentille. On est pareils: cassés et recollés après.

Le récit reste globalement cohérent, le suspense est présent, va à crescendo après un début lent. Il y a du frisson, de l’angoisse, la beauté des paysages, mais il n’y a pas réellement de fin. C’est une autre déception…On ne saura jamais ce qu’il advient des personnages.

L’écriture est belle, travaillée, les nombreuses descriptions de la nature souvent réussies. La traduction est d’ailleurs à souligner car elle est parfaite. Le style s’adapte selon les personnages, ce qui donne encore plus de crédibilité à ces derniers. C’est un beau succès pour un premier roman. Cet auteur mérite d’être suivi dans le futur.

Même si rien ne m’a tenu véritablement en haleine ou fait palpiter à  l’instar d’autres opus, « Celles de la rivière » reste une lecture plaisante que j’ai dans l’ensemble appréciée. Il trouvera son public à n’en pas douter.

3/5

Publicités

Une réflexion sur “Celles de la rivière – Valerie Geary

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s