L’étrange bibliothèque – Haruki Murakami

EtrangeBiblio

Avant la sortie en Janvier 2016 de son premier roman enfin traduit en France, Haruki Murakami nous offre pour patienter une jolie nouvelle magnifiquement illustrée par Kat Menschik.

On retrouve bien dans « l’étrange bibliothèque » toutes les caractéristiques que l’on aime chez cet auteur: de la douceur, une atmosphère si particulière, un univers inquiétant et étrange, une écriture poétique et onirique, … C’est comme à l’accoutumée hypnotique pour le lecteur qui nage entre rêve et cauchemar.

Et puis, dans le même temps, mon angoisse se transforma en une angoisse qui n’était plus véritablement angoissante. Et toute angoisse qui n’est pas spécialement angoissante, au bout du compte, c’est une angoisse sans importance.

Le narrateur se rend dans une bibliothèque pour rendre des livres et en emprunter d’autres sur la manière de collecter les impôts dans l’Empire Ottoman. Il fait la rencontre d’un vieil homme dans la salle 107 et dès lors  va vivre une drôle d’aventure en découvrant l’envers du décor. Prison labyrinthique, homme-mouton, jeune fille mystérieuse, effets de la lune, l’étourneau, l’enfermement et la lecture puis la fuite… avant le dénouement du retour à la maison.

La bibliothèque était beaucoup plus silencieuse qu’à l’ordinaire. Mes souliers neufs en cuir émirent des bruits secs et craquants quand je marchai sur le sol revêtu de lino gris. J’avais l’impression qu’il ne s’agissait pas de mes propres pas. il me faut toujours pas mal de temps, il est vrai, pour m’habituer au  bruit de mes chaussures neuves.

Les illustrations sur la page voisine sont superbes et illustrent parfaitement les écrits. C’est un vrai plus apporté à la nouvelle du maitre. Les dessins de Menschik se marient idéalement avec la douceur de la poésie de Murakami.

Cela se lit très facilement et d’un trait. Tout s’enchaine de manière fluide, rien à dire, Murakami est un romancier sans équivalent, un esthète.

C’est dommage que cela soit si court… on referme à regret ce petit opus graphique.

Mardi dernier, ma mère est morte. Elle a succombé à une maladie dont on ignore la cause. Et ce matin-là, elle s’en est allée en douceur, simplement. Il y a eu un enterrement modeste et puis voilà, je me suis retrouvé tout seul. Ma mère n’était plus là. Mon étourneau non plus. Ni l’homme-mouton. Ni la petite fille. Il est à présent deux heures du matin, tout est sombre. Je suis seul et je pense au cachot dans les sous-sols de la bibliothèque. quand je suis seul, l’obscurité me paraît plus noire encore. Aussi noire que durant une nuit de nouvelle lune.

L’étrange bibliothèque offre au lecteur un excellent moment de lecture et d’évasion. Murakami excelle vraiment dans le maniement de la plume pour décrire le côté absurde du monde qui nous entoure.

Prenez 1h de votre temps pour déguster l’étrange bibliothèque, vous ne serez pas déçu. Je recommande bien évidemment, il ne peut en être autrement.

4/5

Advertisements

Une réflexion sur “L’étrange bibliothèque – Haruki Murakami

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s