La femme au colt 45 – Marie Redonnet

colt

Après 10 ans d’absence, Marie Redonnet revient avec un nouveau roman, la femme au colt 45, belle fable sur la renaissance d’une femme ayant choisi la liberté à la dictature.

Mais contrairement à ce qu’il pense, ma décision n’est pas un choix politique. C’est un choix personnel. Sans mon colt 45 maintenant qu’il rouille au fond du fleuve, je dois apprendre toute seule à devenir Lora Sander. Si je réussis j’aurai fait mes preuves.

Je remercie les Editions Le Tripode ainsi que l’agence Anne et Arnaud pour cette lecture en avant-première.

Lora Sander, comédienne célèbre et émérite au Magic Theatre, décide de fuir son pays, l’Azirie, tombé sous le joug d’une dictature. Choisissant de rester libre, elle prend le chemin de l’exil et devient clandestine sur l’ile de Santaré. Rapidement mise à nue, il ne lui reste bientôt plus que son Colt 45, cadeau de son père sur son lit de mort, comme unique vestige de son ancienne vie.

Ayant besoin d’argent, elle finira par le vendre avant de le retrouver en fin de roman et de finir par s’en débarrasser définitivement. Ce colt 45 est l’image même de la transformation de la vie de Lora, le fil rouge de cette histoire.

Elle jette son colt dans le fleuve.
– Maintenant que mon colt a accompli sa dernière mission, qu’il aille rouiller et pourrir au fond du fleuve. Et que j’en sois à jamais débarrassée.

Tout au long de ce très court récit, 112 pages, Marie Redonnet témoigne de la dureté de la vie des réfugiés, entre vols, viols, violence, exploitation, dépouillement…C’est touchant, marquant, fort.

À partir de maintenant je vis dans la clandestinité comme tous les étrangers sans papiers qui arrivent à Santaré par la mer encore plus que par le fleuve. Cette ville est comme un aimant qui les attire, le point de rencontre des errances et des naufrages d’une humanité à la dérive. Les pièces de Samir Osri dont j’ai été l’une des interprètes sont une image de notre monde. Mais quand je les jouais au Magic Théâtre je ne le savais pas.

L’écriture est poétique mais surtout sèche, minimaliste et acerbe. De même, elle peut exprimer une grande sensibilité ou à l’inverse de la désinvolture. C’est très étonnant à lire mais toujours très fluide, beau. Sous des aspects de simplicité, Marie Redonnet fait passer ses messages. Elle maitrise parfaitement sa narration.

La structure du texte est elle aussi assez atypique. Cela ressemble à une pièce de théâtre ou à un scénario de film dans lequel les déclamations à la première personne de l’actrice unique, récit intimiste et fort, alternent avec une sorte de voix off, à la troisième personne, très neutre, nous explicitant les lieux, les tenues, les changements de contexte et autres situations. Cela fait penser aux didascalies de théâtre.

On tourne les pages rapidement et on atteint la dernière sans s’en rendre compte. Ce qui prouve que l’auteur a me semble-t-il réussi son livre.

J’ai passé un bon moment et apprécié cet ouvrage dramatique et politique que je vous conseille. Je regrette toutefois un peu sa brièveté qui ne permet pas d’approfondir tous les thèmes abordés mais juste pour certains de les effleurer. Mais est ce que le message aurait été aussi percutant si cet opus avait été différemment organisé? Rien n’est moins sûr…

3,5/5

La femme au colt 45 – Marie Redonnet
Edition Le Tripode – 112 pages Parution le 07/01/2016

Challenge-Rentrée-littéraire-janvier-2016

Publicités

5 réflexions sur “La femme au colt 45 – Marie Redonnet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s