Et si tu n’existais pas – Claire Gallois

etsitunexistaispas

« Ce livre, c’est un peu comme un secret que je vais dire à tout le monde. L’histoire d’un engagement que j’ai pris enfant et que je n’ai jamais oublié. »

C’est ainsi que la quatrième de couverture présente Et si tu n’existais pas le dernier ouvrage de Claire Gallois paru en Janvier 2017.

Je remercie les éditions Stock et NetGalley France pour cette lecture numérique en avant-première.

« J’étais sa vie, elle était la mienne. Je ne le savais pas encore. »

Ce court roman autobiographique (juste 140 pages) à la fois doux et amer relate les deux vies, si je peux m’exprimer ainsi, de la petite Claire. Tout d’abord, en début d’opus, celle qui fut agréable, belle, tendre, aimante avec sa mère nourricière Yaya. Claire y apprend la vie, grandit dans la simplicité, les valeurs authentiques et surtout la chaleur, la bonne humeur de la campagne.

« Entre Yaya et moi, il manquait quelque chose, quelque chose qui nous unissait en secret et nous éloignait en même temps : nos propres mères. Nous lignorions, bien sûr. Yaya avait perdu la sienne quand elle avait six ans, jallais découvrir la mienne au même âge. Nous ne le savions pas encore »

Tout se passe bien dans le meilleur des mondes jusqu’à ce qu’un jour, sa mère biologique débarque à l’improviste et l’arrache sans explication à ce monde merveilleux.

« [] jappris beaucoup plus tard combien mon retour chez eux relevait du même état desprit. Sauver les apparences »

Ce sera un changement de vie drastique! Terminé la simplicité, la chaleur humaine, l’authenticité… place à la haute bourgeoisie de la Rue de Courcelles, à la froideur, aux convenances et autres faux-semblants.

« Quand la reine mère entrait, de son pas net, les épaules droites, dans une pièce, il pouvait bien y avoir quatre chaises libres, elle ordonnait : Lève-toi quand Mamie arrive. »

Cette opposition entre les deux mondes est parfaitement bien restituée par l’auteur. Les descriptions sont explicites et parlantes, les codes du milieu de la Haute Bourgeoisie sous Pétain (ah Monsieur l’Évêque…) bien mis en exergue. On ressent toute la gêne et le mal être de la petite Claire dans sa « vraie » famille. Jamais sa mère biologique ne sera « sa mère » pour elle. Ce qui renforcera son besoin vital de retrouver Yaya.

« Elles me tançaient : « La mémoire, cest lintelligence des imbéciles ». Je lavais. Je ne pouvais pas leur dire : « Considérez qui est Yaya et considérez qui je suis. Je ne pourrai pas être vraiment moi avant davoir renoué le lien qui ma ouvert à la vie. »

La dernière partie de l’ouvrage, celle que le lecteur attend, celle des retrouvailles, a été pour moi légèrement décevante. Elle est à mon gout trop romancée et donc aurait pu être bien plus empathique.

« Parfois, je me dis que lenfance est un destin. Tout y est inscrit, pour qui saurait la déchiffrer »

L’autre élément qui m’a perturbé est l’absence de chapitres. Les pensées de la narratrice sont livrées de manière brute, souvent de façon désordonnée. On passe parfois « du coq à l’âne ». Ces sentiments de confusion récurrents, surtout en milieu d’ouvrage, font que le lecteur à du mal à s’y retrouver.

Il n’empêche, c’est une lecture plaisante, une très belle déclaration d’amour à Yaya, servie par une plume aussi belle qu’elle sait être acerbe. Il n’y a néanmoins pas de pathos, ni de propos haineux, ou autres facilités. L’écriture reste dans l’ensemble journalistique donc relativement neutre ai-je trouvé. Si cela peut paraître dommage pour un tel sujet, cela donne le recul suffisant et assure la crédibilité du secret révélé.

Et si tu n’existais pas est un livre bouleversant et fort, même si comme je l’ai écrit je m’attendais à davantage d’émotions. Il mérite assurément d’être mis en avant et lu. Je vous le recommande.

3,5/5

Advertisements

5 réflexions sur “Et si tu n’existais pas – Claire Gallois

  1. A la lecture du titre, j’ai immédiatement penser à :  » … dis moi pourquoi j’existerais … ». Sinon, j’aime bien m’y retrouver quand même dans une lecture.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s