Mes pas dans les tiens – Fioly Bocca

Mes pas dans les tiens

Dans le cadre du dernier partenariat de l’année avec les éditions Denoël, j’ai découvert la plume de Fioly Bocca avec Mes pas dans les tiens.

Je remercie Clémence et les éditions Denoël pour l’envoi de cette belle découverte.

« Le monde est un coffre-fort rempli de trésors, pour qui sait les voir »

Tout part d’une rencontre durant des vacances… et s’achève à Saint Jacques de Compostelle pour Alma, jeune libraire italienne de 35 ans à Bologne. Lors d’un séjour estival avec une amie dans le Piémont, elle fait la connaissance de Bruno, un moniteur d’équitation. Ils vont vivre une tendre idylle avant que Bruno ne décide de rompre brusquement, au grand désespoir de Alma.

De son côté, Frida est une psychiatre de 55 ans. Frappé par le malheur du décès de son mari lors d’un bombardement en Syrie, elle décide de stopper son activité, fermer son cabinet pour partir à la recherche de tout ce qui ont connu son mari afin de savoir réellement ce qu’il s’est passé.

Les deux femmes se rencontrent par hasard sur le chemin de Compostelle et malgré leurs caractères différents, deviennent très proches. Elles cheminent ensemble, partagent les souffrances de leur amour perdu, se soutiennent dans l’épuisement de la marche, se réconfortent, s’encouragent et surtout s’écoutent. Alma consigne tout (ses rencontres, les paysages, son état d’esprit, ses tristesses mais aussi ses joies) chaque jour dans un petit cahier qu’elle « oubliera » à Saint Jacques…

Une fois n’est pas coutume, j’ai résumé rapidement le récit. Je vous en ai déjà d’ailleurs trop dit. Je vous laisse découvrir la suite.

« Toi, Don Quichotte des nuits de la colline, cavalier défendant la sainteté de la terre, l’utilité du grain. Je te vois ondoyer dans la plaine immobile, reconnaître les graines de chaque plante, la racine de chaque feuille. Tu disais qu’on devait apprendre le nom des plantes à l’école. Que personne, dans un champ, ne devrait être incapable de distinguer le maïs du blé. »

Ce petit roman, un peu moins de 200 pages, aux chapitres courts, se lit d’une traite en un après-midi tant l’écriture est élégante. Douceur, poésie, nous baignons dans une bulle très agréable page après page.

Alternant le réel et le passé, les narratrices nous transportent avec une histoire délicate, sensible, si poignante par moment et donc marquante. Comment ne pas s’attacher à Alma et Fiona? Qui n’a pas connu ou vécu ce qu’elles cherchent à comprendre, accepter ou oublier? Qui n’a pas cherché une épaule sur laquelle s’appuyer, une oreille attentive pour aller de l’avant vers la résilience?

Fioly Bocca écrit très bien. Elle possède un réel talent pour décrire l’environnement, la nature, les sentiments de ses personnages. Tout coule de source, s’enchaine sans bémol. La musicalité des phrases enchantent le lecteur qui s’identifie facilement aux protagonistes et visualise l’environnement dans lequel les pèlerins cheminent.

« D’autres amours viendront, bien sûr, peut-être plus étriqués ou opaques que celui-ci, mais peut-être que je m’en contenterai. Que je les enfilerai comme une paire de chaussures qui me plaisent, malgré tout, même s’il leur manque quelque chose dans la couleur ou dans le tissu. Mais elles en coûtent pas cher, elles sont confortables et on n’a pas envie de chercher plus loin. Parce que la peur de la solitude est une excellente nourrice pour les sentiments insipides et rassurants comme des pantoufles déformées. »

Marcher pour trouver des réponses, marcher pour se reconstruire, marcher pour ses croyances… chacun fait ses propres choix quand il entame Compostelle. La volonté de terminer et de vivre une superbe expérience sont les points communs de tout ce qui précède.

Amour, poésie, bienveillance, sensualité… Il faut prendre le temps de déguster ce récit. J’ai passé un très agréable moment au côté de ces deux femmes cherchant à faire le deuil, à se reconstruire… Quand les aléas de la vie permettent de très belles rencontres. et peut-être davantage… Mirages ou miracles? A vous de découvrir 😉

Je vous souhaite un beau voyage et vous recommande sans hésitation Mes pas dans les tiens.

4/5

Mes pas dans les tiens – Fioly Bocca
Traduit de l’italien par Anaïs Bouteille-Bokobza
192 pages, Editions Denoël Hors collection Série Littérature 
Parution : 08-11-2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s