Comme un enfant qui joue tout seul – Alain Cadeo

CVT_Comme-un-enfant-qui-joue-tout-seul_9849

Si vous aimez la littérature, vous devez sans doute connaitre Alain Cadéo, cet amoureux magicien des mots, des belles phrases aux rimes riches, poétiques, marquantes, des scènes descriptives, visuelles ou olfactives, de l’écriture fine, intelligente et si travaillée, du rythme fluide et agréable, des pointes d’humour ou des piques bien senties…

Comme un enfant qui joue tout seul, son dernier ouvrage sorti aux éditions La Trace au mois de Février 2019 ne déroge pas à la règle. Il rejoint ma bibliothèque des coups de coeur 2019.

Je remercie Martine et Alain pour leur confiance, le livre ainsi que la belle dédicace que je partage avec vous tant je suis sur la même longueur d’onde que l’écrivain « On ne remerciera jamais assez les yeux paisibles qui s’emparent d’un livre pour parfois réveiller des bribes d’émotions partagées ». 

« Devant moi désormais il y a comme une éternité qui se réveille. C’est un boulevard désert, crevé au fond comme un écran de cinéma et, de l’autre côté, je sens le vent du large, une autre vie dont chaque instant a la beauté d’un nouveau Monde. »

 

« Pourquoi es tu si dur? » Cette réflexion inattendu d’un sans domicile fixe va amener Barnabé Raphaël, 37 ans, à s’interroger sur lui même. Une vraie introspection pour ce trentenaire qui a réussi sa vie jusqu’à présent, n’a pas à se plaindre ni encore à craindre, mais qui pourtant décide de quitter les ors de la République, son appartement et tout ce qu’il possède du jour au lendemain.

Tout plaquer pour s’interroger sur ses priorités, ses envies, sur ce qu’est ou plus exactement devrait être sa vie. Retour aux sources, retour aux racines et aux fondements: la nature, l’océan. Se rapprocher du vrai et fuir le superficiel.

La beauté et le calme de la nature, comment ne pas adhérer…

« Le passé est un lest qui vous tire vers le fond, qui paralyse les forces de vie, qui vous empêche d’avancer. C’est bon pour les mourants, les nostalgiques et les vieux. »

Il retrouve ainsi Mathilde, une nonagénaire bon pied bon oeil qui fut amie de ses parents. Avec elle et grâce à elle, il retraverse son enfance, l’analyse, apprend, (re)découvre ses antécédents…

Il y croisera aussi Elena, une femme simple pour qui la vie est comme un long fleuve tranquille. Le monde est petit, je vous laisse découvrir le destin de ses deux personnages.

Une belle histoire, une analyse fine, une réflexion intelligente sur les choix de vie. Comment rester insensible et ne pas aimer? Quelle belle philosophie, quel bonheur!

« La vie est un cadeau mon prince, pour celui qui sait lire les signes. Les signes? Quels signes? Mais c’est partout quand tu sais voir et que ton coeur est libre! Les signes, c’est la capacité à relier des points qui dansent autour de toi. Observe bien le monde, regarde ce qu’il dépose devant toi à tout instant. C’est comme un ballet de lucioles traçant les plus belles esquisses sur une nuit d’été. Homme imbécile qui ne distingue rien! Chaque vie a le pouvoir de s’inventer un destin et tu en fais de la routine.  Chaque jour on te livre les clefs pour ouvrir les portes de tes cages, et toi chaque jour tu t’en sers pour les fermer à double tour. Crétin de gosse!… Et l’Océan de son gros rire blanc revient en force vautrer ses babines sur les pieds nus de Raphaël. »

J’ai pris mon temps et ralentis au maximum mon avancée tant je me régalais. Je ne suis assurément pas objectif (je le sais et vous êtes prévenus), mais ce texte est sublime, empli de grâce, de tendresse et de charme.

Quelques mentions spéciales extraites ici ou là, notamment à propos de l’océan, son bruit et son silence, ses dangers et ses attraits, nos envies et nos peurs;

J’ai embarqué un chien errant ou un chien errant m’a embarqué. […] Deux orphelins. Deux largués »

Et comment ne pas citer la chienne errante, la fameuse Giusa pour qui on ne peut que s’attacher… Humour, sourire, légèreté…

Comme je dis souvent, Alain Cadéo c’est la littérature à l’état pur. Merci Alain pour ce nouvel bon moment.

Ce conte philosophique est aussi littéraire que poétique, aussi marquant qu’apaisant… J’en ai tiré énormément d’enseignements. J’ai hâte de te retrouver pour le suivant.

« L’homme qui marche qu’avec sa tête, il trouvera jamais l’aimant. Celui qui marche qu’avec son ventre ou ses tripes non plus. Mais celui qui avance tout entier avec son coeur, celui-là il a peut-être des chances de le trouver. Mais tu vas me dire: c’est quoi le coeur? Le coeur, c’est le courage, la foi et la passion. Et la lucidité! C’est pas incompatible. Passion et lucidité. »

Lisez, faites lire son oeuvre mes amis. Que cela soit Zoé, Des mots de contrebande, chaque seconde est un murmure, pour ne citer que les derniers, je suis certain que vous adhèrerez et reconnaitrez comme moi le talent de l’artiste.

Pour ma part, j’en parle et vous en parlerai encore et encore.

5/5 Coup de coeur

Publicités

6 réflexions sur “Comme un enfant qui joue tout seul – Alain Cadeo

      1. Concours à venir 😉
        Mais surtout en contact avec l’auteur. Je vois ce que je peux faire. Envoie moi un mail je te tiens au courant

        J'aime

Répondre à krolfranca Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s